Lunettes de ski

Écrit par les experts Ooreka

L'ensoleillement lors de la pratique du ski en haute montagne est dangereux pour les yeux. En effet, la réverbération du soleil sur la neige peut endommager l'oeil après une exposition prolongée au soleil sans protection solaire.

Lunettes de ski

L'exposition solaire en ski

Les yeux des adeptes des sports d'hiver sont exposés :

  • à une forte luminosité due à la réverbération du soleil sur la neige,
  • à une forte concentration en rayons UV due à l'altitude et à la réverbération des UV sur la neige.

Les dangers du soleil en montagne


Le soleil émet des rayonnements UV qui peuvent traverser les différentes couches de l'oeil et en changer les propriétés :

  • absorption intense des UV par la cornée : risque de brûlure de la cornée ;
  • absorption intense des UV par le cristallin : risque de développer une cataracte ;
  • absorption intense des UV par la rétine : risque de développer une dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).

La protection solaire en ski

Le choix des lunettes est primordial pour garantir une protection efficace des yeux en haute montagne. Les lunettes de ski doivent ainsi répondre aux critères suivants :

  • une filtration 100% UV (UV-A et UV-B),
  • une filtration de catégorie 4,
  • un filtre qui empêche l'éblouissement,
  • des lunettes avec un fort couvrant (galbées ou avec des protections latérales).

En plus de ces critères, la couleur des lunettes apporte un confort visuel :

  • couleur grise : efficace en tout temps,
  • couleur jaune à orange : efficace pour les journées éblouissantes,
  • couleur brune : efficace pour les journées nuageuses.

Bon à savoir : la couleur des lunettes de ski n'est pas un gage de protection, seule la filtration 100% UV de catégorie 4 garantit une protection optimale.


Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !